Eva Yao est l’ivoirienne qui s’est donnée pour tâche, de redonner le sourire aux enfants de la rue. Ces enfants qui perdaient déjà espoir, ont désormais plus de raison de croire en leur rêve grâce à cet ange qu’est Eva Yao.

Eva Yao est née et a grandi en France. Cependant, elle a toujours suivi de près les problèmes que rencontre parfois son pays d’origine la Côte d’Ivoire. Et c’est dans ce sens que les enfants de la rue, sont devenus sa principale préoccupation.

Lire aussi : La mère d’une chantre ivoirienne se marie à 63 ans et inspire la toile…

Soucieuse de la situation difficile que vivent ces enfants pauvres des quartiers d’Abidjan, Eva a fondé en 2019, Ekklesia, une ONG qui vient en aide à tous ces jeunes qu’elle nomme affectueusement “Petits Princes”.

Mais pour être plus proche d’eux, elle a pris la décision en 2020, de quitter la France pour s’installer en Côte d’Ivoire.

Diplômée d’un Bac S, elle est titulaire d’un Diplôme Universitaire de sociologie à Descartes ainsi qu’un BTS Assistant de Gestion. Jeune femme active et entrepreneure de 26 ans, elle est actuellement Directrice/Chef de projet chez Freeway Entertainment à Abidjan.

Ekklesia qui signifie ceux qui sont appelés du dehors, est une organisation non gouvernementale, religieuse et apolitique, qui a pour ambition d’accueillir et de proposer un soutien adapté aux jeunes qui ont entre treize et vingt-et-un ans.

L’ONG s’investit dans des actions de sensibilisation, de prévention, de formation et de réinsertion professionnelle. L’objectif à travers ce geste est de créer un véritable espace de vie, d’échange, de confiance et surtout d’apprentissage.

Lire aussi : Vidangeuse de fosse sceptique, elle impose sa richesse dans ce secteur…

Pour Eva, il est primordial que ces jeunes comprennent qu’ils sont une partie intégrante de la société, afin qu’ils puissent grâce à leurs talents et capacités, créer la richesse de demain dans un pays en plein essor.

“Derrière chaque cœur il y a une vie et derrière chaque vie un destin”. Cette citation est son slogan, la vision qu’elle porte.

Colette Traoré

Partager cet article